En cette période de transfert, j'ai décidé de m'intéresser d'un peu plus près au fameux stage UNFP. On en parle pas souvent mais dans le foot comme dans la vie, il n'existe pas de plein emploi et plusieurs footballeurs sans contrat se retrouvent donc au chômage. N'est pas Lewandowski, James Rodriguez ou David Luiz qui veut. Que faire par conséquent dans ces conditions ? Il est indispensable de maintenir une certaine forme physique afin d'être opérationnel le plus rapidement possible au cas où un club serait intéressé. Et surtout avoir l'opportunité de montrer son niveau... Présentation donc du stage UNFP.

Logo-unfp

L’UNFP (Union Nationale des Footballeurs Professionnels) donc. Le syndicat français des footballeurs a commencé à organiser et à financer des stages pour ses adhérents au chômage lors de l’année 1990. Dans son esprit, le but est avant tout d'aider le joueur dans une période creuse de sa carrière en l'accompagnant mais elle n'assure malheureusement pas un emploi derrière. D'ailleurs, en général 50 à 60% des inscrits au stage retrouvent un club, les autres... L'UNFP va plus loin en proposant même une aide financière aux clubs qui embauchent leurs stagiaires comme par exemple une prime à l'embauche. L'emploi reste prioritairement l'objectif de l'institution. Pour ceux qui se posent la question, durant son temps au chômage le footballeur garde un statut de travailleur classique. Il est donc inscrit au Pôle Emploi et peut toucher jusqu'à 6000€ par mois. Le plafond maximum.

Durant le stage qui dure de fin juin à début août à Lisses (Essonne, région parisienne), 22 joueurs sont retenus parmi les candidats qui ont postulé généralement de L2 ou National voire Ligue 1 aussi. Une fois inscrit à la session, ils se retrouvent tous les jours. Au programme : préparation physique et technique, repas et relaxation. Pour se faire une salle de muscu est à disposition, ainsi qu'un jaccuzzi, balnéo, un staff complet... le complexe de l'UNFP est très bien fourni ! Et sous la tutelle de plusieurs coaches (chômeurs aussi), les "sans contrats" participent à plusieurs matches amicaux contre des équipes professionnelles dans le but de parfaire leur condition physique et avoir l'occasion de prouver sa valeur pour les recruteurs présents et à l'affût d'une bonne affaire. D'ailleurs aujourd'hui sur le site internet de l'UNFP, les entraînements et les matches amicaux sont filmés et disponibles sur le site et sur Youtube pour convaincre les recruteurs du sérieux des pros.

Les mots clés qui ressortent pour les anciens stagiaires sont le plus souvent : Rebondir / Esprit d'Equipe / Aventure Humaine. En effet, être sans contrat pour un joueur peut arriver pour X raisons. Le plus important est de rebondir, revoir peut être ses ambitions à la baisse pour retrouver le rectangle vert. Pour rebondir, il a besoin de toute sa détermination, ne pas se cacher et jouer collectif avec ses camarades pour les mettre en valeur et vice versa. Mais surtout, l'aventure humaine est mise en avant avec un groupe de personnes adultes ayant un même objectif et tirant tous dans le même sens. C'est tout de même plus sympa de s'entraîner avec un groupe plutôt que seul de son côté... « Ce stage est un tremplin. Les joueurs y retrouvent confiance et gaieté au sein d’un groupe. On les place dans les meilleures conditions pour qu’ils expriment tout leur potentiel. » explique Pascal Bollini, directeur du stage UNFP depuis dix ans. 

a95bbb08b1

Lorsque des joueurs sont sollicités, tout est effectué pour faciliter leur départ dans les plus brefs délais. Ils sont alors remplacés numériquement par un candidat en liste d'attente. Mais dans certaines situations, les joueurs se retrouvent face à des escrocs. Explications de Bréchet lors du mercato d'été 2013 : "Plusieurs agents m’ont contacté. Ils prennent la liste des joueurs libres et cherchent à savoir où ils peuvent nous transférer pour toucher des commissions. Nous, les joueurs, on devient du bétail." Mais de ce côté là, personne n'en parle. C'est tabou dans le milieu du foot tellement les agents ont de l'influence... Et pourtant dans l'ombre de nombreux joueurs sont victimes de ces escroqueries. Prêt à tout pour signer un contrat : à Chypre, Malte, l'Ouzbékistan ou n'importe où. Mais là nous entrons dans un autre sujet. Pour les autres qui ne rencontrent pas ces problèmes, le pro peut s'engager dans le club de son choix de manière classique sans indemnité de transfert car il est libre.

Allez pour information, ci-dessous vous trouverez les résultats complets des stagiaires de cette année ainsi qu'une vidéo résumé du match contre le Red Star.

Mercredi 6 août, à Tubize (Belgique) :

Charleroi (BEL) - UNFP : 2-2

- Samedi 2 août, à Saint-Ouen

Red Star (Nat.) - UNFP : 2-1.

- Samedi 26 juillet, à Olivet

Orléans (L2) - UNFP : 1-0.

- Jeudi 24 juillet, à Saint-Avold

Metz (L1) - UNFP : 3-0.

- Samedi 19 et dimanche 20 juillet : tournoi FIFPro

L'UNFP prend la deuxième place.

- Mercredi 16 juillet, à Boulogne-sur-Mer

Boulogne (Nat.) - UNFP : 1-0.

- Vendredi 11 juillet, à Créteil

Créteil (L2) - UNFP : 4-1.But pour l'UNFP

- Mercredi 9 juillet, à Cournon

Clermont (L2) - UNFP : 4-0.

- Samedi 5 juillet, à Gorron

Laval (L2) - UNFP : 1-1.

 

Lien pour la liste des joueurs libres actuellement au stage UNFP :

http://www.unfp.org/unfp/ce-que-nous-faisons/la-liste-des-joueurs-libres.html

On y trouve des joueurs comme Mathieu Chalmé, Onyekachi Apam, Chaouki Ben Saada, Gennaro Bracigliano (qui va peut-être s'engager en Inde) ou encore Tulio de Melo pour les plus connus. Un vivier disponible pour des clubs de Ligue 2, National voire Ligue 1. Et gratuit évidemment. Une aubaine en ces temps difficile !