Dans une semaine, des milliers de personnes se rassembleront à Sao Paulo pour assister au match d'ouverture de la coupe du monde de la FIFA 2014 opposant le Brésil et la Croatie. L'événement sportif le plus important de l'année sera suivi par des millions de téléspectateurs. Se déroulant au Brésil, cette coupe du monde a de nombreuses chances de passer pour une nouvelle référence dans le monde du football. Pour tout fan de ballon rond, ces mois de juin et de juillet seront à suivre avec attention. Attendue depuis 4 ans, cette 20ème édition de la plus prestigieuse des compétitions footballistiques verra des équipes confirmer leurs performances passées, d'autres émerger, des individualités ou des collectifs briller et des peuples vibrer ensemble.

coupe du monde

Est-il possible de pronostiquer cette coupe du monde ? A l'instar de la Coupe de France, il est tout à fait possible d'imaginer un « petit poucet » de la Coupe du Monde, dans les phases finales. Pour les matchs de poule, l'issue semble clair. Certaines équipes ont l'expérience, l'effectif, la justesse technique et tactique que d'autres n'ont pas. Cependant, lors d'un match en phase finale, tout est possible. On voit d'ailleurs fréquemment des clubs de Ligue 1 éliminés par des équipes de CFA ou de National. Pendant 90 minutes, un but, causé par une erreur quelconque, peut faire tomber le plus grand des champions. Pour un championnat, où 38 matchs sont joués, il me semble que nous pouvons avoir une bonne idée de la qualité d'une équipe par rapport à une autre, à l'inverse de pendant un seul match ou la situation peut vaciller en quelques instants, et où le score final ne reflète pas forcément le niveau de l'équipe, mais l'envie dont elle a pu faire preuve. Ce sont ce genre de frissons qui sont recherchés par la majorité du public, l'impression de pouvoir tout perdre ou gagner aussi vite. Je vous propose ci-dessous mes pronostiques quant aux résultats des matchs de poule :

Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun) : Le premier de ce groupe à l'issue des matchs de poule semble être inévitablement le Brésil. La deuxième place pourrait se jouer entre le Mexique, qui fut séduisant en coupe des confédérations comme en qualifications, et la Croatie, arrivée seconde de son groupe derrière la Belgique. Il faudra faire attention toutefois à l'équipe du Cameroun de Samuel Eto'o, loin d'être ridicule.

Groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie) : Le groupe B est un groupe très intéressant, dans la mesure où il sera possible de « revoir » la finale de l'édition de 2010, entre l'Espagne et les Pays-Bas. L'Espagne, championne du Monde et double championne d'Europe en titre, me semble être favori. Les Pays-Bas devront montrer un visage plus convaincant que ces derniers mois pour accrocher la deuxième place, aux dépens du Chili, ayant fini à la 3ème place de la zone d'Amérique du Sud. L'Australie ne semble pas avoir la moindre chance.

Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon) : L'issue de cette poule est assez serrée entre plusieurs équipes de niveau équivalent. Comptant sur un retour de Falcao, la Colombie devra jouer des coudes pour passer devant la Côte d'Ivoire de Drogba ou de la révélation de la ligue 1 cette saison, Serge Aurier, et le Japon, le concurrent le plus performant de la zone Asie.

Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie) : Présent dans ce qui appelé le groupe de la mort de cette coupe du monde, le Costa Rica devra réaliser une série de matchs exceptionnels pour se frayer un passage entre les trois cadors que sont l'Uruguay, l'Angleterre et l'Italie. Ces trois derniers comptabilisent 7 coupes du mondes sur les 19 jouées, soit le plus grand total dans un groupe pour cette édition. Léger avantage à la Squadra Azzura et aux coéquipiers de Suarez et Cavani au détriment de l'Angleterre qui s'est montrée peu convaincante cette année.

Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras) : Il ne faut pas se mentir, la France a hérité d'un groupe très abordable, et cela serait un véritable échec si les bleus ne parvenaient pas à passer les poules. Les hommes de Didier Deschamps auront à se méfier de leurs voisins suisses, arrivés en tête du groupe E (qualifications).

Groupe F (Argentine, Bosnie, Iran, Nigéria) : Les coéquipiers de Léo Messi ne devraient pas avoir de mal à terminer en tête du groupe F, à condition de prendre au sérieux l'équipe vainqueur de la CAN, le Nigéria, et la Bosnie, invité européen surprise de ce mondial.

Groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, USA) : La Nationalmannschaft et le Portugal nous livreront à coup sur un beau spectacle dans ces matchs de poule. Souvent opposés comme lors de l'euro 2012 ou en petite finale de la Coupe du Monde de 2006, les hommes de Joachim Löw ont toujours donné un beau spectacle contre les partenaires de Cristiano Ronaldo.

Groupe H (Belgique, Algérie, Russie, Corée du Sud) : Bien que je reste septique quant à une qualification de l'Algérie en phase finale, je pense que la bataille sera dure entre des diables rouges en forme, des russes toujours autant endurants et des coréens au jeu séduisant. Encore une fois, les équipes de cette poule semble se valoir, bien que la Belgique soit un petit cran au-dessus.

coupe du monde trophée

Si il est assez aisé d'émettre un pronostique sur les phases de poules, il faudrait être téméraire pour désigner d'office un vainqueur de cette Coupe du Monde. Le Brésil, participant à sa 20ème coupe du monde pour 20 éditions, est la nation référence dans cette compétition. Devant leur public, les brésiliens sont de sérieux prétendants au titre suprême, ce qui serait leur 6ème victoire en Coupe du Monde. Il existe une statistique intéressante pour le Brésil stipulant que l'organisation de l'événement par une sélection historiquement forte (régulièrement dans les 5 premiers du classement FIFA) lui promet la victoire une fois sur deux (comme la France en 1998 par exemple). L'équipe de Scolari, où tous les joueurs titulaires jouent dans de grands championnats européen, est organisée entre joueurs d'expérience, comme Dani Alves, Thiago Silva et des jeunes dynamiques à l'instar de du barcelonais Neymar ou encore le londonien Oscar. Avec leur public et un collectif bien huilé, les brésiliens ont toutes les cartes en main pour effectuer un très bon parcours.

La nation championne en titre, l'Espagne, a les armes pour défendre son titre. Cependant, seulement deux équipe ont réussis à remporter deux fois de suite le trophée (Italie 1934-1938 et Brésil 1958-1962). Dominant l'Europe et le Monde depuis 5 ans, les espagnols ont montré leurs limites en finale de la Coupe des Confédérations perdue au Brésil, contre le Brésil. De plus en plus d'équipes trouvent des stratégies pour contrer le jeu de passe et de possession des hommes de Del Bosque. Un pressing haut sur le terrain pour empêcher la transmission du ballon et des contre-attaques rapides pour prendre la défense de vitesse suffisent à mettre en difficulté ce genre d'équipes. Les joueurs clefs vieillissent inévitablement, comme Xavi, annoncé partant du Barça cette année, Casillas laissant son poste de titulaire au Real Madrid à Diego Lopez, ou Iniesta, toujours aussi brillant mais pour combien de temps ? La relève tarde à venir. Isco, auteur d'une très belle saison à Malaga n'a pas beaucoup joué au Real et des joueurs prometteurs comme Morata ou un Jesé malheureusement blessé n'ont pas trouvé un temps de jeu suffisant pour montrer leur valeur.

espagne 2010qui succédera à la Roja ?

Une troisième autre nation très séduisante en ce moment, l'Allemagne. Le pays le plus titré de la coupe du monde (11 médailles) pourrait lui aussi s'offrir une place dans le dernier carré. La sélection comprend de nombreux joueurs de Dortmund et du Bayern Munich, tous deux finalistes de la ligue des champions 2013. Très juste techniquement, les allemands disposent eux aussi de joueurs d'expérience et de jeunes joueurs talentueux pouvant faire preuve de leur talent pour leur première Coupe du Monde (Reus, Draxler, Götze).

D'autres nations pourront elles, en dépit de ne pas avoir le collectif le plus étoffé, compter sur leurs individualités ? L'Argentine de Messi et d'Aguero, au même titre que le Portugal de Cristiano Ronaldo ou l'Uruguay de Cavani et du Suarez, devront faire confiance à ces joueurs clef pour porter l'équipe dans les phases finales.

Peu y pensent, mais il ne faudra pas négliger nos voisins belges. Une équipe encore jeune, vivace, manquant peut-être d'expérience pour penser sérieusement à un titre de champion, mais pourquoi pas postuler à une place en quart de finale ou demi. Les coéquipiers d'Eden Hazard sont susceptibles de créer de nombreuses surprises, eux qui n'ont rien à perdre, au contraire du Brésil.

Quid de notre équipe de France ? Je pense que la France pourra rentrer la tête haute au pays avec une place en quart de finale. Néanmoins, si les bleus n'ont pas aligné d'excellentes performances notamment au match aller en Ukraine, cette année, Didier Deschamps dispose d'un très bon effectif. Une attaque composé de Ribéry, joueur clef du Bayern, de Benzema, ayant réalisé une des plus belles saison de sa carrière cette année, d'Antoine Griezmann, révélation de la Liga cette année ou encore de Mathieu Valbuena, ayant toujours été exemplaire en équipe de France, peut faire des étincelles. Au milieu de terrain, l'association du couple parisien Matuidi/Cabaye au jeune turinois Paul Pogba a montré à quel point ce milieu pouvait être efficace, dans la conservation du ballon comme dans l'apport offensif.

Pour résumer, la présence dans le dernier carré des phases finales du Brésil, de l'Allemagne et de l'Espagne ne serait pas une surprise, à condition que ces équipes ne se rencontrent pas avant.

N'oublions quand même pas qu'une coupe du monde ne se résume pas qu'avec le terme « football ». Une coupe du monde c'est voir des peuples soutenir ensemble leurs équipes nationales. C'est voir des pleurs, de la joie ; qui n'a pas versé une larme après la défaite de la France en finale contre l'Italie en 2006 ? Dans bien des familles ne suivant pas ou très peu le football, une Coupe du Monde constitue une sorte de « fête ». Les parents, les grand-parents, les enfants regardent ensemble les matchs. Pas tant pour le football, mais pour être ensemble, pour célébrer la gloire de leurs pays avec une ferveur incroyable. Pour moi, ce genre d'événement résume l'essence même du sport. Le but premier n'est pas de gagner de l'argent. Oubliez les bagarres entre supporters violents où le football n'est qu'un prétexte pour exprimer leur haine. Le but du sport est de réunir les gens sous une même couleur, de faire vibrer des millions de personnes, ensembles, tout en respectant les adversaires. Je suis persuadé que, quelle que soit l'issue de cette coupe du monde, tout fan de football ou fan de son équipe nationale passera de très bons moments.

 

Arnaud de Guilhermier