Il y a des matches qu'on n'oublie jamais. De par la tournure des évènements, l'émotion qu'on vit et les conséquences. Dans l'histoire de l'équipe de France, personne n'oublierai ces fameux 12 Juillet 98 ou France-Allemagne 1982. Une autre qui revient régulièrement dans l'esprit des amateurs de foot, c'est le fameux France-Bulgarie en 1993. Le match qui condamnera Ginola à l'exil. Un match qui se poursuit encore en justice aujourd'hui. Un match qui marquera l'histoire du football tricolore.

Retour sur ce France-Bulgarie...

83447932_p

Eliminatoires de la World Cup USA 94, nous sommes dans le groupe 6. La France, menée par le jeune Gérard Houiller, est leader confortable de son groupe après 8 journées pour un bilan de six victoires, un nul et une défaite. Malgré la pauvreté de son jeu, les Bleus ont la chance d'avoir un duo mythique devant JPP - Canto le King sur lequel il peut s'appuyer. Dans ce groupe 6, on retrouve donc la France leader avec 13 points devant la Suède (12) et la Bulgarie (10). Les deux derniers matches proposent deux rdv à domicile face aux pauvres Israéliens (2 points en 8 matches) et Bulgares. Une victoire contre l'Israël ou un nul face à la Bulgarie suffit pour être dans l'avion direction les Etats-Unis et participer à la Coupe du Monde.

France-Israël donc se joue le 13 Octobre 1993. A l'aller, les Bleus l'avaient emporté 4-0 à Jérusalem. Le match retour s'annonce donc à portée pour la bande à Bernard Lama et Alain Roche. Surtout que cette nation fait partie des plus faibles d'Europe. Mais dès le début du match, surprise ! L'Israël surprend le Parc des Princes en ouvrant le score à la 21e par Harazi. Surprise vite dissipée par l'égalisation de Franck Sauzée sur une frappe lointaine à la 29e. Ginola double la mise 10min plus tard. A la pause, les Bleus mènent 2-1. Dans l'esprit des français, on est qualifié. Sauf que... sauf que le football est parfois cruel lorsque tout semble improbable. Ce qui en fait sa beauté. Nous arrivons tranquillement vers la fin du match, moment que Berkovitch profite pour égaliser à la 83e ! 2-2 ! Les Bleus n'y étaient pas à trop sous-estimer leurs adversaires. Mais le pire arrive. A la 93e, Atar assène un véritable coup de poignard en inscrivant le 3e but. Israël gagne 3 à 2 sur la pelouse de l'Equipe de France. Stupeur général ! Va falloir faire attention face à la Bulgarie et ne plus jouer avec le feu.

 

france-israel-1993-515

Sauzée et Le Guen sous le maillot bleu. Une lointaine époque.

 

Par conséquent, les Bleus passent deuxième du groupe. La Suède s'emparant de la première place. Quant à la Bulgarie, elle recolle avec 12 points. On les reçoit, un nul suffit. Mais la surprise Israël reste dans l'esprit des joueurs et de Gérard Houiller. Prudence donc. La première cartouche est passée, ils en auront pas une deuxième. Pour rappel, entre les affaires de corruption qui secoue le foot français (OM-VA), la rivalité entre les marseillais et les parisiens qui minent la sélection, la non qualification pour la Coupe du Monde 1990, la pression est énorme sur l'Equipe de France. Nation disparu du gotha européen depuis l'époque Platini et espère revivre de belles émotions l'été prochain. 

17 Novembre 1993 : le match est lancé. La pression est énorme. Les Bleus hésitent à faire le jeu, soucieux de ne pas perdre plutôt que de l'emporter. A la 32e min c'est l'explosion de joie dans le Parc des Princes ! Suite à une récupération de Deschamps, le petit milieu envoie une transversale vers Papin qui remet de la tête à Cantona. 1-0 ! Joie de courte durée... 37e, corner. Balakov le tire pour la tête croisée de Kostadinov, 1-1 ! Cette égalisation va plomber le moral des troupes qui proposera une qualité de jeu médiocre. La Bulgarie a en revanche tout à gagner et tente le tout pour le tout ! Papin, invisible est remplacé par Ginola à la 68e. La fin du match approche tout comme la délivrance. Et là c'est le drame. 90e min, coup-franc à droite près du poteau de corner. Ginola prend l'initiative de le jouer rapidement et centre ! Personne à la réception. Contre-attaque bulgare, Penev lance Kostadinov sur l'aile droite. Il résiste à Roche et fusille Lama. C'est pas possible. L'Equipe de France est à présent éliminé de la Coupe du Monde. L'incroyable s'est produit.

Un but qui changera l'avenir de l'Equipe de France et de nombreux individus.

Venons-en à l'après-match. Gérard Houiller en veut à mourir à David Ginola qui qualifiera son geste comme "un crime contre l'équipe de France". Ce même Houiller qui en prendra pour son grade dans les médias pour ses choix tactiques très douteux et le niveau de jeu affiché par la sélection durant son mandat. Il n'aura jamais su tirer profit des multiples talents composant son groupe. Il sera d'ailleurs vite remplacé par... Aimé Jacquet. Le parisien David Ginola qui sera élu la même année meilleur joueur de ligue 1 s'exilera en Premier League à Newcastle à l'été 1995. Régulièrement appelé par Mémé Jacquet, il sera cantonné à un rôle de remplaçant de luxe.

Dans une biographie de l'ex-sélectionneur paru plusieurs années après, celui-ci traitera Ginola de "salaud". Le beau David assignera donc en justice Houiller pour "injure publique et diffamation". Une affaire encore en cours au Tribunal de Toulon qui suivra la famille Ginola, son fils se faisant insulter chaque fois qu'il joue au foot. Quant au bourreau bulgare, Emil Kostadinov, et son coéquipier Penev, ils sont accusés d'avoir traversés la frontière française sans autorisation préfectorale. Zlatko Yankov, membre de l'équipe à l'époque avoue : "Cette histoire a l’air d’une légende mais elle est vraie. Les deux avaient des problèmes de visa, et, pour arriver à Paris, ont demandé l’aide de notre gardien Borislav Mihaylov et de Georgi Georgiev, qui jouaient à l’époque à Mulhouse. Kostadinov et Penev ont donc passé la frontière entre l’Allemagne et la France dans une voiture conduite par Georgiev, en choisissant un poste de frontière peu sécurisé. Et ils ont réussi à entrer en France comme ça, alors qu’ils étaient totalement dans l’illégalité". Oui, Kostadinov n'aurait jamais dû jouer ce match. Mais on ne refait pas l'histoire. On se console comme on peut, la Suède et la Bulgarie feront partie du dernier carré à la Coupe du Monde 94. 

N'empêche, ce match servira de base au renouveau des Bleus. Renouveau illustré par une multitude de succès avec en point d'orgue, le 12 Juilet 98...